LE FORGERON

La fumée se mêle à la brume matinale. Et les flammes surgissent.
Le forgeron allume le feu, son compagnon de travail, il est son principal atout dans l’exploration des dimensions infinies du fer. Le feu captive, vivace et insaisissable. L’homme le nourrit de charbon et de vent, y dépose un morceau de fer.
Le fer fourvoie la chaleur du feu, il rougit de ce larcin, jusqu’à devenir jaune.
La matière ainsi amadouée, se retrouve dans l’étreinte du forgeron et de son marteau. Les voilà pris dans une danse infernale où le chant de l’enclume rythme la rencontre du protagoniste et de sa progéniture.
On voit la force de l’homme empreinte dans le fer, lui conférant traces de vie.
Dans ces stigmates, résultants de la joute, on devine la résistance à laquelle s’est confronté l’homme, la puissance, remise en question par le forgeron.
Petit à petit, il dompte la matière qui lui laisse envisager des perspectives nouvelles.
Il lui faudra être tenace, faire preuve d’intelligence, savoir lire là où ce n’est pas écrit pour marcher là où personne n’a marché.
Le sentiment de sécurité découle son accommodation à son environnement d’où il en tire son bien-être. L’homme se console de la rudesse de la réalité dans l’établissement d’un confort matériel et spirituel. Il s’approprie ainsi l’espace et le temps, du néant du passé au rien du futur.
Peut-être est-ce là la source de son désir de construction ?
Tout ce qui le touche subit son besoin de domestication. Le fer en tant que support de sa créativité s’inscrit dans cette démarche, accompagnant ses recherches quant à l’art et plus largement son existence. Mais les mystères de la création ne se livre pas sans mal, et il n’y a que des pourquoi pour répondre à ses pourquoi. Le sculpteur voit l’inquiétant vide, il s’y heurte et commence sa construction. Nourrit par des millions de formes, il en régurgite dans la matière. Mais la matière s’opposant à lui le contraint à la suivre modestement, il s’en accorde puisqu’il lui est fidèle.
C’est un jeu, duquel le forgeron tire son expérience, explorant le « vouloir » et le « pouvoir ».
Ce qu’il peut faire ne doit pas le restreindre dans ce qu’il veut faire et n’intervenir qu’au moment de l’exécution, où il utilisera ces ressources pour arriver à un résultat convenable.
Ce qu’il veut faire s’appuie sur une idée imaginée préalablement, établie sur un souhait de composition spatiale traduisant l’expression de ses pensées. La transcription de ces dernières en sculpture s’opère d’une part par le biais d’une logique donnant à la forme une signification distincte, d’autre part par l’intuition, dans une forme évocatrice d’un ressenti.
Lors de la fabrication, le fer passe de sa forme initiale puis par une multitude d’étapes avant d’aboutir. Ainsi pour des formes compliquées il se peut qu’apparaissent sous les yeux du forgeron une forme étonnante qu’il aura envie de conserver pour sa sculpture, c’est pourquoi il doit être souple et savoir s’adapter lors de la réalisation de son oeuvre.
L’exercice pour le sculpteur doit lui permettre d’affuter ses sens afin de savoir mieux utiliser ses connaissances et de laisser transparaître son instinct judicieusement, afin d’obtenir une création significative qui s’inscrive dans la continuité de sa recherche artistique.
Il fait l’art et l’art le tient à l’écoute. Simon Bertin

La passion du fer & des volumes

Depuis l'enfance, j'ai un goût prononcé pour l’observation de mon environnement. Je montrais le désir d’inscrire de manière physique la mémoire d’un moment. Admiratif du patrimoine sculptural de l’humanité, ma vocation de contribuer au récit de notre espèce dans la langue des volumes s’est certifiée avec les années.

Le fer constitue de nos jours l’élément inducteur de notre mode de vie. Largement disponible dans mon environnement, je tire à l’adolescence les premiers fruits de ses caractéristiques mécaniques étonnantes pour mettre au point des sculptures, marquant le début de ma passion pour le travail du fer.

Je cherche dès lors comment exploiter au mieux cette matière, et trouve dans l’artisanat des techniques très élaborées de construction à froid et de déformation à chaud du fer.

Au-delà de l’Europe, en 2011, c’est à Bamako au Mali que je rencontre un sculpteur forgeron avec qui je réalise deux sculptures. ce dernier me livre une vision décisive de l’artiste forgeron dans toute son ampleur : allant de la fabrication d’objets forgés à la participation de la vie sociale de la région. Attelé d’une pratique, j’invente dès lors mon métier de forgeron-sculpteur autour d’une réflexion axée sur la rencontre et le vivre-ensemble.

Cette passion pour la forge me suit partout où je vais, m’ouvre de nombreuses portes, c’est un laissé passé auprès de mes contemporains, elle suscite les curiosités, surprend et intrigue, elle est le but de mes voyages, et est au coeur de mes différents projets.

Conscient de ce que le fer porte comme économie, de son empreinte écologique, de ce qu’il renferme des lois de la nature, il est à mes yeux une lunette sur le monde, me fascine et façonne ma compréhension.

5.jpg
PARCOURS.jpg

PARCOURS

FORMATION

 

2006 Baccalauréat scientifique option Arts Plastiques (78)

2007 Année préparatoire en Arts Appliqués à Lisaa Paris (75) 

2008 CAP Serrurerie-Métallerie, CFA des Compagnons du Devoir Saint-Denis (93)

2009 CAP Ferronnier en candidat libre au lycée G. Guynemer Uzès (30) 

 

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

 

2007-2008 : Apprenti en alternance dans l’entreprise SFMP à Plaisir (78), restauration de monuments historiques.

 

2008-2009 : Ouvrier à l’entreprise de M. Abufalah, compagnon du Devoir, Lablachère (07). Réalisation de menuiseries métalliques, mobilier et travaux de ferronnerie. Premières sculptures à la forge à la maison des compagnons de Nîmes.
 

2009-2010 : Ouvrier à SFMP, réalisation de nombreux travaux pour les monuments historiques, Château de Versailles, Basilique Saint-Denis, Opéra Garnier, Bibliothèque de L’Arsenal, Coupole du Laboratoire d’Astronomie de Camille Flammarion, et autres.

 

2010-2011 : Voyage en Afrique (Maroc, Mauritanie, Mali) et création d’un atelier de sculpture à la forge à Bamako (Mali) de février à avril 2011.

Création d’un atelier de forge à Garancières (78), 1ère exposition au forum des associations de La Queue-lez-Yvelines (78).

 

2012 : Création de sculptures, exposition à Saint Germain-en-Laye pour Les artistes sont dans la rue, Salon d’art contemporain de Versailles, Salon des Irréels (78). Encadrement des élèves de 2e année de CAP de construction métallique du lycée Louis Blériot de Trappes (78) pour le concours Métal’jeune, obtention du prix Arcelor-Mittal.

 

2013 : Réalisation et expositions de sculptures, salon d’art du Colombier Saint-Arnoult-en-Yvelines (obtention du 2e prix de Sculpture), exposition dans la cour du 14 aux petites écuries du Château de Versailles.

Premier « Forgeomaton », réalisation de portraits en direct à la forge d’après modèle vivant. Exposition et ateliers d’initiation à Rajasse (07) pour le festival Le champs des muses.
 

2014 : Encadrement de séjours artistiques à La Source La Guéroulde.

Exposition personnelle au Centre Culturel André Malraux au Pecq (92). Exposition collective «Jeunes Artistes » à la MJC-MPTVA à Ville d’Avray. 

Nombreux « Forgeomaton » dans des événements de Normandie, d’Ile de France, en Eure et Loire(28), à Chalons sur Saône (71), au Portugal. Encadrement de séjours artistiques à La Source-Villarceaux (95).

 

2015 : Résidence à La Source La Guéroulde (27), animation d’ateliers artistiques. Résidence à L’Arrêt Création à Fléchin (62) portraits en fer forgé des habitants du village. 

Résidence au Chêne à Villejuif (94), Création de l’association « Les Clefs Du Feu » nombreuses interventions (94,93,75) avec le dispositif « La Forge Mobile ».

 

2016 : Voyage en Inde, forge itinérante (portrait, bijoux, outils, réalisation d’une sculpture commémorative pour la ville de Dehrasu). Exposition au festival « Mais où va-t-on » à Fléchin (62). 

Ateliers pédagogiques avec LCDF, écoles, quartiers en Ile de France. 

Exposition « les évadés » au 51 Rivoli, Paris.

 

2017 : Exposition à la Halle des Blancs Manteaux à Paris. Exposition personnelle à Houdan (78) pour « T’Houdan L’Art ». Nombreuses prestations avec LCDF, ateliers d’initiation, sculpture collective, sculptures participative, en Ile de France.
 

2018 : Ateliers avec LCDF en Ile de France, réalisation de sculptures pour La Guinguette Pirate, Les Murs à Pêche (93).

Installation en Ardèche, atelier à St Montan (07).

 

2019 : Installation d’un atelier dans le Collectif du château de Verchaüs, Viviers (07). Création du spectacle «Les Malfaiteurs Alchimistes » (Théâtre, mime, marionnette avec mise en scène de mes dernières créations). Expositions collectives au Château de Verchaüs. Exposition au Centre d’Art Local (CALO) à St Montan(07). Interventions (démonstration et ateliers) dans des événements avec le collectif d’artisans-créateurs La Tête en Friche (07).

 

2020 : Représentation du spectacle Les Malfaiteurs Alchimistes, St Montan (07). Exposition personnelle au CALO (07). Ateliers au Château de Verchäus pour les enfants de ALPEV Viviers (07).